Propositions pour le « Grand débat ».

 9 février 2019. 10 personnes.

Volet SERVICES PUBLICS 
• Il est demandé que l’Etat prenne à nouveau ses responsabilités au lieu de transmettre aux Com.Com. et communes nombres de services sans les moyens de les assumer. Ex : les services de l’urbanisme sont désormais fermés et à la charge des C.d C. et des communes.
• Nous tenons à des services publics dotés de moyens, grâce à une vraie volonté politique, et non pas démantelés comme c’est le cas.
• Soutenir l’éducation, à tous âges, c’est une priorité ;
• Maintenir les dessertes ferroviaires, en particulier les lignes Grenoble -Briançon et Valence – Briançon, par Veynes Dévoluy et Gap. Augmenter le cadencement des trains ; transférer des budgets de la route vers le ferroviaire, y compris pour le fret.
• Maintenir les hôpitaux, les maternités près des usagers, dotés de moyens corrects, sans surcharge des personnels, soulager le service des urgences, dans une gestion autre que « d’entreprise » cf. Sarkozy. Un hôpital ne doit pas être « rentable », la gestion actuelle est aberrante. Cesser de les concevoir en termes de rentabilité ; ceci est une courte vue qui ne prend pas en compte les externalités !
• La limitation de vitesse à 80 km/h est une injonction paradoxale : le système exige de nous toujours plus et plus vite, mais d’un autre côté veut limiter la vitesse sur la route ! C’est plutôt une pompe à fric avec peu de lien avec la sécurité routière.

Volet SANTE
Nous voulons gérer notre santé comme nous l’entendons ! Stop aux mesures arbitraires et dictatoriales dictées par les lobbies pharmaceutiques ! Liberté vaccinale. Nous souhaitons un soutien aux médecines douces, aux chercheurs indépendants au lieu de les persécuter. Ex : l’homéopathie, qui est bon marché, sans effets secondaires, appréciée du public mais persécutée par les labos pharmaceutiques à tel point qu’elle n’est plus guère enseignée… Ecarter les labos pharmaceutiques des politiques de santé, fin des liens incestueux – conflits d’intérêt entre les ministres de la santé et ces labos. Interdiction du « pantouflage » public-privé –public. Mise à l’écart des lobbies de l’industrie. Besoin d’une éducation à la santé dès le plus jeune âge, afin d’éviter la maladie, et de prévention ; attention aux conditions de travail souvent désastreuses et aux pollutions environnementales. Tout ceci est généré par le système néolibéral qui gouverne nos pays…

Volet DEMOCRATIE ET CITOYENNETE
• Elaboration des lois et initiatives par les citoyens, pas uniquement par le pouvoir en place. Ex : conseils citoyens. Non aux référendums binaires et manipulatoires Oui /Non. Au contraire, des débats en petits comités et pris en compte par les élus qui sont censés nous représenter mais n’en font qu’au service des multinationales : que les députés écoutent les ciotyen.ne.s ! Possibilité de révoquer les élus s’ils trahissent leurs engagements.
• Instauration du R.I.C. Réduction des pouvoirs de l’éxécutif au bénéfice du Parlement et des citoyens eux-mêmes. Besoin de contre-pouvoirs.
• Maintenir un pouvoir judiciaire fort, indépendant de l’éxécutif. Stop à l’intimidation des manifestants par des lois liberticides et des armes de guerre.
• Stop aux lois toujours au service de l’industrie et des multinationales et au détriment du peuple !
• Instauration des « Conventions de citoyens » telles que définies par l’association Sciences Citoyennes.
• Rédaction d’une nouvelle constitution par les citoyen.ne.s, pas par les professionnels de la politique.
• Accueil et formation des immigrés et permission de travailler, notamment dans les secteurs d’emplois non pourvus.
• Soutenir des expérimentations locales citoyennes au lieu de les combattre Volet FISCALITE :
• Taxation des « GAFAM » sur leur vrais revenus, pas seulement sur ceux qu’ils déclarent !
• Maintien du personnel fiscal pour luter contre l’évasion fiscale au lieu de les réduire de 30 000 personnes, sinon c’est de la mauvaise foi. Il y a là des sommes colossales qui serviront aux services publics.
• Taxation des dividendes, lesquels sont chaque année plus importants versés aux actionnaires. • Cesser de changer si souvent de logiciels et formulaires, ce qui pèse énormément sur les personnels publics (assistantes sociales, employés de mairie, etc.)
• Remplacer le PIB par d’autres indices de richesse plus large : ils existent déjà.

Volet AGRICULTURE et TRANSITION ECOLOGIQUE
• Rétablir les aides à l’agriculture biologique et paiement en temps et en heure (et non pas deux ans en retard comme actuellement).
• Orientation massive vers l’agriculture biologique, mise à l’écart de la FNSEA et des lobbies agrochimiques qui polluent tout et menacent notre santé
• Cesser d’importer des produits sans garantie (par les traités internationaux genre CETA) ;
• Cesser d’exporter nos surplus agricoles subventionnés vers des pays d’Afrique, ce qui déstructure leur agriculture et génère des migrations ;
• Protéger certaines zones comme « biens communs »
• Simplifier les procédures pour l’isolation thermique des logements, et permettre de répercuter son coût sur les loyers des locataires ; mesures incitatives
• Décentraliser la production énergétique autant que possible par des mesures incitatives et une simplification administrative ; créer des infrastructures d’accueil pour l’électricité
• Stop aux grosses « fermes éoliennes » qui n’existent que par les subventions puis qui ne sont pas entretenues et donc sont pour moitié hors service ; abandonner les anciens modèles d’éoliennes par de nouveaux plus performants
• Fin des privilèges des chasseurs ; fin de leur irresponsabilité ; Ex. des sangliers nourris et croisés avec des cochons, ce qui crée l’énorme problème de leur surpopulation et de la peste porcine dans le Nord. Leur imposer des alcootests. Punir les « accidents de chasse ».

Scribe : Yves MICHEL yvesmich@wanadoo.fr