Un petit village perché à la limite des Hautes Alpes et des Alpes de Haute Provence...

 

village den haut zoomé wDonc à l'ouest du département 05, à 1000m d'altitude.

La commune a compté jusqu'à 1 000 habitants à la fin du XIXe siècle, avec plusieurs hameaux d'importance, dont Rougnouse qui avait même une école !... Elle vivait surtout d'agriculture: élevage de moutons, récolte de la lavande sauvage, du tilleul, un peu d'épeautre...

Et puis la 1ère guerre mondiale a ravagé les hommes, et l'industrialisation a poussé nombre de jeunes à quitter le village en direction de la vallée et de Marseille: la population chuta fortement, pour ne plus guère compter que quelques dizaines d'habitants permanents à la fin des années 1970.

 

La mairie : à la fin des années 1970, le Conseil Municipal était composé d’anciens du village, et le maire était un berger du hameau des Peyres depuis plusieurs mandats.

Avec l’arrivée d’un bon nombre de néo-ruraux, lorsque se présenta une nouvelle élection au tournant des années 1980, ceux-ci constituèrent une liste incluant quelques anciens, et la passation se passa harmonieusement. La communauté Terre Nouvelle était à cette époque un pôle important au village, générant beaucoup d’activité et de venues ; ce fut deux de ses membres qui furent les nouveaux maires : Gilles ROY en 1983, puis Richard MAINGUENAUD EN 1989.

Le village se peuplant de plus en plus, et le rôle de la communauté décroissant, en 1995, ce fut un habitant du village, ex-1er adjoint, qui prit le relai : Yves MICHEL. En 2001, comme il l’avait promis, il refusa un nouveau mandat et se contenta de rester conseiller municipal. Ce fut alors une femme, pour la 1ère fois dans tout le canton, qui fut élue maire : Caroline YAFFEE. Elle prit un 2e mandat en 2009.

Le budget de la municipalité fut assez audacieux dès l’élection de la nouvelle équipe en 1983 ; en effet, à la différence d’un foyer ou d’une entreprise, plus une commune investit, et selon les objets, plus elle reçoit en Dotation Globale d’Equipement et de fonctionnement, du moins à l’époque, car désormais l’Etat tente par tous les moyens de se désengager des financements locaux. La municipalité, qui comptait à l’époque environ 70 habitants, a créé plusieurs logements sociaux et a réalisé une forte restauration des bâtiments du village, ce qui suscita parfois des jalousies dans le département…

Plus tard, elle mit sur pied une des premières « filières bois » de la Région, permettant une exploitation raisonnée du bois pour une consommation locale notamment dans une chaudière alimentant plusieurs logements. En 2000, elle créa les deux premières stations d’épuration à filtres plantés de roseaux du département ; celles-ci ne demandent ni électricité, ni produits apportés, et ne génèrent que très peu de boues ; leurs rejets sont d’une qualité supérieure à bien d’autres stations.

 

Le jardin d'enfants puis une école furent l'axe prépondérant du village, car draînant chaque année de nouveaux jeunes couples (voir l'article sur l'école).

concert eglise w 

De nombreuses activités artistiques, dont la semaine musicale chaque début août, agrémentent la vie du village.

 

Rédaction Yves MICHEL